D'abord rêvé puis envisagé, c'est grâce à l'appui de Marie que cette balade en catamaran a pu commencer.

Espagne, Portugal, Baléares, Corse, Sardaigne, Sicile, Italie , Grèce, ... Caraïbes pour l'instant, nos mouillages et rencontres à bord de Mr Happy (un Outremer 50 light) sont un vrai plaisir, Bien sur, quelques coups durs parfois, mais vraiment en minorité, je conseille à chacun de tenter l'aventure...

"Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine… elle est mortelle. »

Paolo Coelho

lundi 23 avril 2018

Quoi de neuf sous le soleil ?

c’est aux Métropolitains cette question vu la chaleur qui s’est installée d’un coup… terrasses, BBQ et pique-niques ont l’air d’avoir suivi, une bonne nouvelle !
Ici, nous avons repris notre train-train bricolages RV avec les pros pour une semaine qui s’annonce bien chargée.


Suivra ensuite 15 jours de retrouvailles avec nos princesses puis encore un peu de mise au point avant de descendre les Grenadines jusqu’à Trinidad où nous laisserons fin juin Pépère Happy se reposer au sec.
matinée "lessives" (notez que Marie choisit la plus grosse !)

de très beaux catas, bien chers, ...

mais qui ont eux aussi des emmerdes...

rien à dirE

en cette douce matinée, 2 nouvelles bouées de chenal sont arrivées comme les cloches de Pâques...

et avec elles, les Affaires Maritimes qui ont fait dégagé tous ceux (dont nous) qui étaient dans le dit chenal, et ce sans vraiment de formules de politesse.... c'est vrai que parfois pour aller au Carénage, la ligne droite était impossible, mais de là à vouloir faire évacuer une bonne 50taine de voiliers en quelques heures, les Aff Mar se sont fait plaisir en jouant les Shériffs.




jeudi 19 avril 2018

Escapade sur la côte Est et Sauvage de Martinique

Au lieu d’attendre bêtement certaines pièces détachées et les « pros » débordés, nous prenons la direction de la côte Est avec nos amis de Moea (le joli TS42 hyper équipé et à vendre….), côte généralement déconseillée par les loueurs de bateaux car très mal pavée. Du coup, il n’y a pas grand monde !
Premier petit galop au près (ça change…) dans une mer bien cabossée où Pépère Happy tire bien son épingle du jeu face au TS42; la longueur joue évidemment pour beaucoup, mais je m’attendais pas à si bien faire face au poids plume 5t5 de Moea, mât tournant carbone, belles voiles récentes, et le skipper confirmé de Moea. C’est vrai que les dérives m’aident bien à remonté au vent, mais mes 11t (et l’état de mes coques « style chair d’autruche » agrémenté de coquillages-crevettes-algues en tout genre) ne plaident pas en notre faveur. Bref, après 2h de chassé croisé, nous arrivons dans la baie des Anglais, aussi appelé Cul de Sac des Anglais, où nous attendait de jolis corps-morts mais très difficile à prendre; une gaine caoutchouc sur la poignée empêche les amarres de bien glisser ou simplement de crocheter une amarre, et avec un bon petit courant qui nous compliquait l’approche, il nous a fallu finalement bien 3/4 d’heure avant de contempler la beauté du site. Une grande baie avec des bleus magiques, des vagues qui déferlent sur la barrière rien que pour nos 2 catas !
15 milles plus loin, mouillage sous l’îlot Thierry sous un ciel bien gris; la suite sera une après-midi et soirée pluvieuses comme rarement vécues,  c’est peut être de là que vient l’expression « pleuvoir des seaux d’eau »  !
Après la pluie, le beau temps et c’est parti pour un peu de snorkeling, mais à notre retour, les 2 catas sont au milieu d’une belle nappe d’algues des Sargasses. Pas trop le choix, nous devons patienter que cette nappe compacte passe au gré du vent et des marées.
A 15h, libérés, nous montons vers le nord au bout de la presqu’ile de la Caravelle, mouiller dans la baie du Trésor. 
Jolie baie, bien verte, très calme, avec le bruit des grillons et des grenouilles la nuit….
Une petite plongée nous fait rencontrer de jolies petites langoustes, mais nous n’y touchons pas, nous sommes dans une réserve naturelle.

Le retour à Ste Anne sera assez mouvementé, entre les grains et des rafales à 30nds, les plaques d’algues « en veux-tu en voilà », et les casiers et leurs petites bouteilles en plastique difficile à repérer, qui flottent un peu partout dans des fonds de 20 à 40 mètres. Bref, bien contents d’être au calme dans la baie, car demain c’est repartit pour des travaux planifiés et des nouveaux; et oui, si vous voulez être tranquille, n’achetez pas un bateau, c’est bien connu !

c'est parti !

la passe de la Baie des Anglais

à l'intérieur,

c'est assez sympa !


autre mouillage, autre couleur....

Bien plantés !

l'arrivée dans la baie du Trésor

un mouillage bien tranquille





samedi 14 avril 2018

Concentration d’Outremer

Je ne sais pas si c’est l’année qui veut ça, suite aux dégâts dans les îles du nord, ou encore le succès croissant du chantier, mais il me semble que cette année il y ait beaucoup de catas Outremer dans les parages, ancienne ou nouvelle génération, (mais beaucoup de « jeunots » 45’ et 51’), j’en ai compté une bonne quinzaine depuis la Guadeloupe et en moins d’un mois sur 3 mouillages.

Bon, y a pas mal de Catana aussi, mais mon oeil aiguisé « made in Outremer » les repère moins; cela me fait penser à mes cours du secondaire où on me parlait d’implication publicitaire : un exemple tout bête, vous décidez d’achetez une voiture, du coup vous regardez toutes les pubs pour les autos… une fois l’acte d’achat réalisé, vous passez à autre chose, sacrée société de consommation.
Par contre, il y a beaucoup de Lagoons, Fontaine-Pajots, Nautitech, et en bien + grand nombre…. normal !

Ensuite il y a aussi des models bizarres, avec des couleurs bizarres (jaune pipi, caca d’oie….) et surtout des noms bizarres; et des noms farfelus, ou extravagants, il y en a !

certains rivalisent d’imagination , (ou de génie ?) , toujours est il qu’il faudrait en faire le tour car parfois cela vaut vraiment la peine… « Bicoque », « Cekankonvaou », "Opak", "Plum’eau", et aussi un 16m au nom de « MerciBéré » (en hommage à Monsieur Bérégovoy ministre des finances de l’époques et ses niches fiscales…), mais mon préféré pour l’instant est Caol Ila, nom d’un whisky bien tourbé que j’affectionne particulièrement.

De notre côté, nous avançons, pas aussi vite que souhaité, mais bon... Encore des RV pour la semaine prochaine...



lundi 9 avril 2018

Histoire de joints….

Je vous vois venir; « joints », Sea Sex & Sun, cool la vie, Martinique, Jamaïque pas loin, Bob Marley en fond sonore…. mais non, je serai un peu plus terre à terre.
Dans n’importe quelle histoire de bricolage comportant le terme « joint », comme acteur principal ou simple figurant, derrière il y a souvent « fuite » « emmerdes » « crise de nerf » voir « appel à un prokivatetaxeràmort»…. 
Nous concernant il y a eu d’abord le changement des tuyaux de gaz avec une date limite pas top : 2007 ! Faut dire que le tuyau principal va jusqu’à 2022, mais les 2 autres étaient bien cachés sous la plaque gaz indémontable (car collée au Sika). Donc, nous voici avec 2 tuyaux tous neufs à changer, évidement les connections ne sont plus au même diamètre mais nous trouvons le Kit de raccordement correspondant . Déjà 1 grand Ouf !
Démontage des anciens puis remontage des nouveaux réalisé, il persiste une petite fuite, et qui dit fuite de gaz dit « pas bon »…. Un peu de produit vaisselle, un peu de mousse et hop les fuites sont vite repérées : il manque une épaisseur de joint dans le Kit de raccordement, donc ça va, l’affaire est vite réglée !

Autre joint à changer, celui d’un de nos vérins hydraulique de nos safrans, pourtant changer en octobre 2016; là j’attends la confirmation d’un pro, car ça dépasse de loin mes compétences, faut être parfois réaliste !

Un joint de notre guindeau fuit aussi quelques gouttes quand on déroule la chaine, mais pas de beaucoup, et comme on dit avec les vieilles Land Rover, « tant que ça fuit, c’est qu’il y en a encore…! », faut juste en rajouter de temps en temps.

Ensuite vient l’histoire de nos hublots qui fuient lorsqu’il pleut pas mal, et là c’est un autre challenge, une inconnue me concernant, voir même un film d’horreur suite à des précédents avec les cartouches de joints en tous genres : ça coule trop vite, t’en as plein les doigts, t’as plus d’essuie-tout, même quand tu t’en sers plus ça coule encore, t’essaye de récupérer pour pas gâcher mais tu en étales là où il faut pas, ou encore ça sèche dans le tube quand t’en veux, t’appuyes comme un malade et ça coule par un trou de l’autre côté…. finalement c’est toi qui est jointoyé, pas le boulot prévu et tu passes 3 heures à nettoyer et tenter de récupérer l’affaire !
Bref, de bonne heure et de bonne humeur, on est prêt pour un test grandeur nature : fait beau avec un peu de vent (15-20nds), quelques nuages,  mais je mets le paddle en travers pour protéger la zone de travail et éviter trop de courant d’air dans le carré, on démonte, calfeutre l’ouverture le temps de la préparation (on gratte et enlevons l’ancien joint), nettoyons boulons-écrous-rondelles, scotchons les pourtours du hublot pour éviter les débordements involontaires voir plus si affinité du joint avec le gelcoat (ça c’est l’expérience qui parle !!) commençons à répandre le joint en cordon comme préconisé, j’applique le hublot avec une ventouse (bien pratique !) quand un grain arrive… je cours chercher une bâche car évidement faut pas d’eau à ce moment de la pose ! Le grain s’arrête, ouf, Marie passe à l’extérieur afin de tenir les boulons pendant je visse les écrous, et un autre grain arrive….. Re-bâche, re-attente que ça se calme, et on rattaque le serrage du hublot. Sauf que quand je veux lisser le joint, qui déborde bien !, et bien pas question, ça lisse en grumeaux : je joint a déjà commencé à sécher. Plein les doigts, pas assez d’essuie tout comme d’hab, (l’histoire se répète), un peu de liquide vaisselle pour lisser un minimum, on enlève les adhésifs de protection extérieur car en général ils laissent de belles traces avec le soleil  (encore du vécu), je couperai le joint qui dépasse plus tard au cutter finalement.
Pour une première, c’est pas si mal, dommage que le joint sèche si vite (à l’avenir, faudra bosser à l’abris) ; pour info, ce n’est pas du Sika mais du Tikal, moitié moins cher et équivalent dixit un pro, nous verrons à l’usage à la première grosse pluie…
Donc un hublot de fait, il en reste 5 dont 2 grands !!

notre mouillage champêtre

... du coup, le Tiwal a du succès pour des essais



vendredi 6 avril 2018

Un peu de bon temps…

Bien qu’il y ait une bonne liste de choses à réaliser, nous prenons tout de même un peu de bon temps; on retrouve des amis de Lorient en vacances en Martinique, d’autres sur leur voilier (des catas pour la plupart), et on s’offre quelques belles marches sur la côte au vent, qui débouchent sur des apéros ! (j'ai repris qlq kilos....)
Bref, on bosse mais on en profite aussi.
Nous avançons à la vitesse des Pros du coin, c’est à dire « siga -siga » comme on dit en Grèce (tout doux…), ou «Tranquille » ici, mais avec un peu de patience, certaines choses se font… ou pas ! Je pense que tous les plaisanciers ici en auraient à raconter, des vertes et des pas mures, mais bon, ce qui ne se fera pas ici se fera ailleurs…. tant pis pour eux !

un pont pour passer à marée haute sur ...

...des rochers assez glissants...
à marée basse, on passe sur du sable :-)


lunaire



la destination, une belle plage pleine de sargasses (algues fortes odorantes...)


nouveauté au Marin, le Cata Pizza ! 
(avec son four à l'arrière)


belle bête !

les pièges à crabes

Family photo, à vous de jouer...



dimanche 1 avril 2018

Il y en a une qui s’éclate….

C'est la carte bancaire....
Car nous voilà arrivés en Martinique ; le mouillage est bien rempli, mais tout le monde trouve sa place, même les tortues passent nous faire des coucous entre 2 plongées…. Nous reprenons donc nos habitudes de Frenchies, avec baguette et camembert, petit vin rosé, à des prix presque « raisonnables ». Tant pis pour mon régime…
Mais nous ne sommes pas là pour plaisanter, la liste des travaux à réaliser est longue,  et suite aux cyclones d’Irma et de Maria, beaucoup de flottes de loueurs et de bateaux privés sont dans les parages pour réparer les dégâts. Du coup, les délais s’allongent, et les tarifs montent…. la loi de l’offre et de la demande, logique, mais faut une certaine limite….Afin de préparer tout ça, direction Le Marin, côté Le Carénage, le repère des pros de la plaisance; et pas que : un Leader Price est là avec sa caverne d’Alibaba à des prix tous petits, des Ships (magasins d’accastillage), une laverie automatique …., et même des coiffeurs! Ca va être la fête de la Consommation aujourd’hui ! Tant pis pour le porte-monnaie qui lui commence à faire la gueule ; le « gros » Honda de l’annexe est réparé (Yesss!) notre chaine est neuve (Yess Yess! 80m de grade 70, ça cause….), des rendez-vous sont pris pour d’autres révisions… de nouveaux taquets sont installés.... un WC vient de rendre l'âme en plein WE de Pâques... heureusement, nous en avons un 2ème !!
Du beau monde aussi avec des bateaux un peu hors du commun, Tri de course, ou catas qui me font rêver, pas mal de nationalités se mélangent dans une bonne ambiance.

Nous avons quelques semaines donc pour nous activer et rendre Mr Happy opérationnel à 100% en vue de l'an prochain… 
un arc en ciel pour le départ depuis les Saintes

de la déco dans les boutiques de Ste Anne

une chaine toute neuve... l'autre était un gros tas de rouille

clin d'oeil....

Fin de journée avec souvent quelques averses, mais de beau ciel

le Diamant

là, je craque !


mardi 27 mars 2018

Gwada la suite

On descend doucement vers le sud… île Pigeon et sa réserve Cousteau, l’Anse à la Barque, Rivière Sens…. pas trop de vent mais une côte jolie vue de la mer… pour info, le mouillage de Rivière Sens a été terrible avec des rafales à + de 28 noeuds qui descendent de la montagne, chargées de poussières d’une carrière de sable noir.
Une traversée courte mais dense pour aller aux Saintes; 28nds  et Gv  sous 2 ris au départ dans le canal puis ça s’est calmé un peu par la suite, un peu de louvoyage, histoire de garder les bonnes habitudes…., et nous voilà au mouillage  dans l’anse à Galet juste à l’est du Pain de Sucre pour les connaisseurs, vers a pointe Rouge. 
Ensuite 4 jours de farniente à l’état pur, nous n’avons même pas déplacer l’ancre d’un mètre…. jolies promenades au Pain de Sucre et surtout au Chameau (une sacrée bosse !), restos, petit avitaillement, quelques bricoles d’entretien tout de même histoire de ne pas bouquiner toute la journée. Fait bizarre, les mouillages se vident de jours en jours, fin de saison déjà ?
Seule préoccupation, l’arrivée des bateaux de loc pour surveiller leur mouillage, parfois trop près, d’autres trop courts, mais dans l’ensemble, ça se passe pas trop mal.
Une fin d’après-midi, un petit frère à Mr Happy vient mouiller à côté, c’est un Outremer 43, OKAM, superbe état ! Evidemment, la conversation s’engage de suite….

Puis, bientôt direction la Martinique…. avec une navigation le long de la côte au vent de la Dominique et de la Martinique histoire d’arriver directement à St Anne, mouillage plein à craquer, ça nous change un peu ! ….

pêcheurs à Deshaies





seacloud2

seacloud1

Okam, très beau 43




ça monte un peu (80 étage selon l'application iPhone)

mais ça valait le coup...

on part avec l'arc en ciel...

et on arrive avec le lever du soleil.